Êtes-vous vraiment hypocondriaque ?

30 secondes pour vous faire une idée

En fouillant sur internet, j’ai découvert que quasiment la moitié des questions sur l’hypocondrie sur internet se résumait globalement par : « comment on soigne l’hypocondrie ? » et cette infographie le montre parfaitement.

J’ai donc décidé de faire ce guide pour répondre de manière complète à cette question et vous donner toutes les clés pour votre route vers une vie sans hypocondrie.

Les 10 phases de l’hypocondrie

Dans la vie d’un hypocondriaque, il y a plusieurs phases :

  1. Le commencement de la peur de la maladie et de la croyance d’être malade
  2. La prise de conscience du mal être
  3. Association du mal être à l’hypocondrie et Découverte de l’hypocondrie (ou dans l’ordre inverse)
  4. Phase de gestion ou de latence
  5. Recherche des méthodes pour s’en sortir
  6. Découverte des méthodes pour s’en sortir
  7. Passage à l’action
  8. Processus de guérison
  9. Rechute (éventuelle)
  10. Amélioration de la qualité de vie

Si vous lisez cet article, vous devez être quelque part entre la phase 2 et 7 (voire 10 pour certains)

Mon objectif, avec ce guide c’est de vous donner toutes les clés pour passer à la phase 8 directement : le passage à l’action

L’hypocondrie est la maladie d’avoir peur de la maladie. L’avantage du fait que ce soit une maladie, c’est qu’elle se soigne.

C’est parti pour comprendre comment soigner l’hypocondrie. Concrètement, il y a 3 étapes.

1. Prendre conscience

C’est la première étape, c’est celle qui vous permet d’amorcer toute la suite.

“L’hypocondrie est la seule maladie que les hypocondriaques croient qu’ils n’ont pas.” Fred Metcalf

Sous l’aspect humoristique de cette citation se cache une vérité implacable. Tant que l’hypocondriaque n’a pas pris conscience de sa véritable maladie, il est difficile pour lui d’en trouver le remède.

Si vous êtes ici à lire ce guide, vous avez probablement déjà passé cette étape et avez déjà conscience de votre hypocondrie. Vous connaissez surement le mal que cette peur et ces croyances provoquent chez vous, sans savoir comment vous en débarrasser. C’est pour cela que je ne vais pas m’éterniser sur cette phase.

C’est généralement grâce à ses proches ou aux médecins qu’on consulte qu’on se rend compte de notre véritable maladie, mais même une fois qu’on en est conscient elle est difficile à accepter.

C’est pourquoi la phase suivante a le pouvoir d’ancrer dans notre esprit qu’on souffre bien de cette maladie et non d’une autre.

infographie-hypocondrie

Êtes-vous vraiment hypocondriaque ?

30 secondes pour vous faire une idée

2. S’informer

Une fois qu’on a conscience de notre hypocondrie, on a déjà fait un grand pas. Mais le propre de cette maladie c’est cette forme de paranoïa, on n’est jamais sûr à 100% que c’est de l’hypocondrie, on a toujours cette petite pensée qui vient nous dire « Et si c’était une maladie (physique)… ».

Un des meilleurs remèdes pour cela, c’est de s’informer sur cette maladie, sur ce qui se passe vraiment dans la tête d’un hypocondriaque. Comment les autres hypocondriaques font-ils pour être convaincus que c’est une fausse croyance et passer à autre chose ?

S’informer, se documenter aide à stopper une première spirale.

C’est un peu la première partie de votre thérapie. Prendre connaissance des comportements que provoque l’hypocondrie pour pouvoir vous identifier à ce trouble. Ainsi, vous renforcerez l’idée que vous avez un trouble émotionnel et non une potentielle maladie physique.

L’hypocondrie est un trouble fait de cercle vicieux, s’informer pour se convaincre qu’on a trouble émotionnel permet de casser un premier cercle.

Où s’informer ?

C’est un peu le problème, selon moi c’est assez difficile de trouver du contenu de qualité, qui n’est pas là pour stigmatiser et qui dépasse les banalités (nécessaires) qu’on retrouve partout sur internet en boucle.

Parce que c’est vrai que lorsqu’on cherche de l’information sur l’hypocondrie, on retrouve les mêmes définitions et les mêmes approximations sur les manières de se soigner.

Et si l’on va chercher trop loin, on se retrouve sur des forums qui nous en apprennent plus sur d’éventuelles maladies que sur l’anxiété que provoque la croyance d’être malade.

C’est la raison d’être de ce blog, proposer un contenu de qualité, par un ancien hypocondriaque qui a étudié en profondeur ce trouble. En plus de ça, le blog s’occupe uniquement de l’hypocondrie, et pas d’une multitude d’autres troubles.

Donc la première ressource pour vous aider à comprendre l’hypocondrie, c’est le blog 😀

Ensuite pour l’appréhender, je vous mets une série de lien, vidéo et livre que je vous certifie comme pouvant vous aider à vous en sortir :

(si vous avez d’autres ressources pertinentes à me proposer, dites le moi dans les commentaires, je les ajouterai avec grand plaisir. Je suis également très curieux d’avoir vos avis sur les livres que j’ai cités si vous les avez lus)

Parfois la phase d’information permet de réussir à gérer son hypocondrie pendant une certaine période. Mais une thérapie est le moyen le plus sûr de se débarrasser de l’hypocondrie et de ne pas rechuter.

3. Thérapie (se soigner)

Faire une thérapie est une étape majeure vers une vie sans hypocondrie.

La thérapie : C’est souvent un mot qui fait peur, qu’on associe à quelque chose d’un peu obscure. La vérité est tout autre et il existe une multitude de thérapies.

Il existe plusieurs méthodes pour se sortir de l’hypocondrie. J’ai personnellement l’habitude de recommander les 3 méthodes qui suivent :

Psychothérapie classique

C’est la méthode la plus connue.

C’est cette méthode que vos proches vous ont peut-être déjà indiquée un jour quand ils vous ont dit « tu devrais aller consulter un psy ».

La psychothérapie classique est très dépendante du psychothérapeute (psychiatre ou psychologue). Avec un bon thérapeute, cette méthode fait des miracles et va résoudre en profondeur vos problèmes d’hypocondrie, mais aussi vos soucis d’angoisse et d’anxiété.

En fonction des pratiques du thérapeute, vous allez le voir d’une fois par mois à plusieurs fois par semaine. Vous verrez des progrès dans tous les secteurs de votre vie.

Avantages

  • La psychothérapie classique amènera des changements majeurs dans votre vie. Vos relations avec l’ensemble des personnes que vous fréquentez s’amélioreront.
  • Diminution en profondeur de vos angoisses et de votre anxiété

Inconvénients

  • Pas spécifiquement efficace contre l’hypocondrie. Besoin d’attendre que le résultat soit global pour qu’elle soit efficace contre l’hypocondrie
  • Dépend du psychothérapeute
  • Il peut être difficile de trouver un (bon) psychothérapeute
  • Coût important

Mon avis

Selon moi, ce type de thérapie est à faire dans un second temps ou en même temps qu’une auto-thérapie. Si vous en avez les moyens et que vous en ressentez le besoin.

Thérapie comportementale et cognitive (TCC)

La thérapie comportementale et cognitive est un autre type de psychothérapie.

Il existe deux manières de la faire, soit en groupe, soit en séance individuelle (certains psychothérapeutes font les deux en même temps)

C’est probablement le type de thérapie le plus efficace. Le thérapeute met en place avec vous une méthodologie fiable et éprouvée.

Grâce aux séances de TCC, vous prenez conscience de vos problèmes. Ensuite, vous travaillez à désapprendre les mauvais comportements et schémas de pensée qui renforce votre hypocondrie. Tout cela grâce à des exercices que vous faites seul et avec le thérapeute. Vous allez apprendre à vous exposer à vos peurs et à vivre comme une personne qui n’a pas d’hypocondrie.

Avantages

  • Cette méthode est probablement l’une des plus efficaces
  • Diminution rapide de vos problématiques d’anxiété et d’hypocondrie

Inconvénients

  • Dépendante du psychothérapeute (moins que la psychothérapie classique, mais quand même)
  • Il est souvent très difficile de trouver un psychothérapeute qui pratique la TCC
  • Coût important
  • Temps de mise en place souvent long
  • Beaucoup de séances très rapprochées, parfois difficiles à faire sans devoir faire des concessions sur sa vie personnelle ou professionnelle.

Mon avis

Si vous avez le temps, les moyens et que vous arrivez à trouver quelqu’un qui vous prend en consultation rapidement. Allez-y.

Je vous conseille également si vous avez l’envie et les moyens de prévoir par la suite une psychothérapie classique pour réduire les angoisses plus en profondeur (La TCC est une thérapie de surface, un travail en profondeur est le bienvenu pour éviter les rechutes)

Auto-thérapie

L’auto-thérapie c’est une méthode que vous appliquez vous-même.

C’est un processus fait d’explication, de questionnement et d’exercice à faire soi-même pour comprendre et prendre conscience de ses problèmes. Pour ensuite, passer en revue l’ensemble des problématiques des hypocondriaques et s’en défaire une par une.

L’auto-thérapie est une technique qui est basée sur la thérapie comportementale et cognitive. À l’aide d’exercice à appliquer soi-même, cette méthode permet de restructurer sa manière de penser et d’agir pour ne plus être hypocondriaque.

Il existe deux types de support pour l’auto-thérapie, les livres et les cours en lignes.

Faire une auto-thérapie peut être vue de plusieurs manières :

Thérapie unique et principale : efficace, rapide, fonctionne pour la plupart des hypocondriaques.

Thérapie d’initiation : Initier un mouvement thérapeutique pour commencer immédiatement et attendre d’avoir l’occasion de faire une TCC par la suite.

Coupler avec une thérapie classique : la meilleure solution selon moi. Vous travaillez sur le fond avec la thérapie classique et sur les comportements et schémas de pensée avec l’auto-thérapie.

Avantages

  • Cette méthode est efficace pour la plupart des hypocondriaques
  • Diminution rapide de vos problématiques d’anxiété et d’hypocondrie
  • Vous pouvez commencer immédiatement, sans être dépendant d’un thérapeute : Temps de mise en place court
  • Faible coût par rapport à une thérapie avec psychothérapeute
  • Compatible avec une thérapie classique

Inconvénients

  • Aujourd’hui, il n’existe pas d’auto-thérapie en français
  • La motivation repose sur vous seul
  • Peut être inadapté à certaines personnes

Mon avis

Une auto-thérapie est une très bonne méthode pour une guérison de l’hypocondrie.

Elle peut soit se suffire à elle-même, soit être couplée à une thérapie classique. Vu son faible coût en général, vous ne risquez pas grand-chose à vous lancer dedans et vous en retirerez un grand bénéfice.

Êtes-vous vraiment hypocondriaque ?

30 secondes pour vous faire une idée

Pour conclure

Pour terminer ce guide, je voudrais d’abord vous parler de mes activités.

Comme je vous le disais, j’écris depuis un long moment un livre d’auto-thérapie à destination des hypocondriaques, qui devrait être disponible dans les semaines ou mois à venir.

En plus de cela, j’écris sur le blog, Vie d’Hypocondriaque, pour que vous trouviez des solutions pour vous sortir de l’hypocondrie. Mais aussi pour vos proches, pour qu’ils puissent vous aider et qu’ils prennent conscience de ce qu’est l’hypocondrie.

J’en ai fini pour ce guide. J’espère qu’il vous a plu et vous aura aidé. N’hésitez pas à prendre contact avec moi pour n’importe quelle question. Je réponds à tous les messages.

Encore merci de m’avoir rejoint sur ce blog, j’espère que vous me rejoindrez aussi sur la page Facebook de Vie d’Hypocondriaque.

Pour une lecture complémentaire, je vous conseille l’article : les 4 comportements à bannir pour ne plus être hypocondriaque.

Ne ratez pas le meilleur de Vie d'Hypocondriaque

Recevez un mail de temps en temps pour être informé des meilleures méthodes pour se sortir de l'hypocondrie

Merci pour votre confiance, vous recevrez de nos nouvelles de temps en temps

Pin It on Pinterest